• Modellenland

Interview: Model Mélanie Steels (Belgium)


Que pouvez-vous nous dire sur vous?

Je suis une passionnée du monde qui aime l’aventure et l’adrénaline. Sans cesse en mouvement, j’ai besoin de rencontrer des nouvelles personnes chaque jour. A défaut, je me sens isolée.

Ces nouvelles rencontres me permettent :

- D’apprendre sur l’humain. J’aime m’intéresser à l’histoire des gens que je découvre.

J’ai envie de connaître leur philosophie de la vie, leurs passions, leurs envies…En

bref, je veux m’offrir tout ce qu’ils sont ! Je pense qu’il est fondamental de

s’intéresser au monde qui nous entoure et aux gens qui le peuplent. Sans cela, nous

n’évoluons pas, nous n’avançons pas, nous ne grandissons pas.

- De partager mon propre vécu, mes émotions, mes passions, mon amour : j’ai aussi

énormément de choses à dire, à raconter et chaque jour est une nouvelle opportunité

pour le faire !

Mon but est donc non seulement de partager mais aussi de découvrir et ainsi pouvoir, un jour

je l’espère, m’approcher au plus près du « Nirvana » (intérieur).Chaque rencontre est un

voyage … et « Voyager, c’est partir à la découverte de l’autre. Et le premier inconnu à

découvrir, c’est vous » comme le dit si bien le photographe Olivier Föllmi.

Grâce aux échanges, aux débats avec les autres, je peux moi-même avancer, évoluer et

souvent, tout remettre en cause : le monde, les gens, moi-même.

J’ai encore beaucoup de chemin à faire car je suis encore toute jeune mais je continue

d’avancer : parfois en courant, parfois en rampant, … parfois même, je me trompe et fais

demi-tour ! Mais j’ai la chance de m’en rendre compte parfois toute seule parfois grâce à ceux

qui m’entourent comme ma famille, mes amis qui me rattrapent et me guident sur la bonne

voie.

Ma philosophie est simple : « Je sais que je ne sais jamais! ». Je sais que personne n’est

parfait (même si j’ai tendance à le croire de temps en temps) et surtout, je pense que la vie est

trop courte pour rester enfermé et seul ! Il faut construire ensemble la liberté, tout simplement.


Si vous pouviez changer quelque chose de vous, qu'est-ce que cela serait?

Il y a tellement de choses que j’aimerais pouvoir changer ! Depuis ma petite enfance, je

cherche à « être parfaite » et surtout, « être aimée par tous ». Or, nous savons tous que ni l’un,

ni l’autre est possible. Souvent, cette quête absurde m’a ralentie et même détruite. Et

aujourd’hui, je regrette le temps que j’ai perdu dans cette impossible quête. Parfois, la

culpabilité de ne pas arriver à réussir m’a fait perdre pied. Mais j’ai finalement compris qu’il

n’est jamais trop tard et je suis enfin prête à avancer et que rien n’était jamais perdu.

Ainsi, pour répondre à la question, je changerais : le manque de confiance en moi et

m’accepter telle que je suis sans chercher constamment à vouloir plaire au monde entier.


Quelles-sont vos qualités personnelles qui vous distinguent des autres?

Diagnostiquée hyper-sensible et hyper-empathique, je suis une artiste dans l’âme.

Authentique, « vraie » et d’une parole qui se veut la plus sincère, honnête et juste, je donne

mon maximum dans tout ce que je fais mais à condition d’y croire, et surtout, que l’on croit

en moi.

Sans cesse en réflexion et perdue dans mes pensées, je suis une rêveuse avec une imagination

débordante. Également hyper ouverte d’esprit, j’ai les yeux parfois bien (trop) ouverts sur le

monde qui m’entoure, au point que certaines choses me rendent malade d’amour ou de

douleur.

Je me remets également toujours en cause, par la remise en contexte et la perception

d’autrui… même si souvent je le cache par orgueil. Ainsi, j’ai le « talent » de toujours tout

pardonner et aimer au centuple quel que soit ce que l’on m’a donné.


Comment avez-vous commencé à être modèle?

Il y a 2 ans, je n’étais pas la même « Mélanie » qu’aujourd’hui au point que peu me

reconnaissent : de ma tendre enfance jusqu’à mes 21 ans, j’étais en surpoids. J’avais atteint les

98 kg pour 171 cm. J’étais extrêmement complexée, mal dans ma peau et en quête d’amour

plus que jamais.

Poussée par le besoin d’acceptation et de plaire, je me suis inscrite sur des groupes de

rencontres entre modèles et photographes où j’ai postulé pour diverses annonces.

Très vite, j’ai trouvé des photographes prêts à relever le défi de travailler avec un modèle

aussi peu conventionnel. Ces photographes sont d’ailleurs devenus des amis chers, car en me

donnant une chance, ils m’ont aidée à me découvrir!

Sous leur regard bienveillant, j’ai directement accroché et même aimé : derrière l’objectif, je

me sentais belle, je me sentais « reine ».


Quelles sont, jusqu'à présent, vos meilleures expériences?

Les meilleures? Je ne saurais le dire tant j’en ai eues!

Même les moins bons shootings étaient fabuleux pour l’une ou l’autre raison…

Mais je dois reconnaître que les moments passés avec mon premier photographe et ami,

GLAMSHOT (nom d’artiste) sont particulièrement incroyables et mémorables!

Lors de notre tout premier shooting, j’étais dans une tenue légère à Spontin et il faisait

terriblement froid : 5°C ! Alors, pour me réchauffer, GLAMSHOT a allumé un feu avec des

veilles planches de bois. Un peu plus tard, on a entendu une explosion : il avait laissé mon

briquet à proximité du feu et « boom »! Qu’est-ce qu’on a ri après ça ! Pour une première

expérience, ce petit événement a permis de créer un lien indissoluble!

Je pourrais raconter une centaine d’anecdotes, tant avec lui qu’avec d’autres : chaque shooting

est un moment mémorable, à commencer par une nouvelle rencontre et l’entame d’un partage,

d’une relation particulière, entre confiance et confidentialité


Que pensez-vous de votre travail en tant que modèle?

Je suis mitigée sur la question : j’aime beaucoup mon travail mais je trouve que je vais parfois

trop vite et que je ne prends pas le temps de réfléchir à suffisance, que ce soit pour les poses

ou pour les idées et projets. Trop souvent, j’y vais « au feeling » et après coup, je me dis que

j’aurais dû faire autrement. Mais d’un autre côté, cette spontanéité rend les photos plus

authentiques.

J’ai beaucoup joué sur la lingerie et le nu aussi, mais pour ce que je pense avoir été de

mauvaises raisons et je le regrette aujourd’hui. Je voulais absolument plaire et être populaire

au point de « vendre mon corps » sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, j’aimerais évoluer

vers quelque chose de plus proche de moi et du message que je voudrais transmettre. Je ne

vais pas pour autant cesser de faire du dénudé mais, à présent, ma motivation est bien

différente mais celle-ci, je préfère ne pas la révéler ici : elle est personnelle et je préfère qu’on

la découvre dans mon travail.


Quels sont vos projets pour l'avenir ?

J’ai un grand projet, un rêve que j’ai en tête depuis ma tendre enfance et dont je parle à qui

veut l’entendre même si je n’ai pas encore entamé tout ce qu’il faudrait pour l’accomplir :

j’aimerai pouvoir un jour partir en voyage, avec mon plus fidèle compagnon, mon chien, et

parcourir le monde à bord de mon « super-van », une camionnette que j’aurais transformée en

camping-car. Je prendrais la route qui me plaît, sans destination précise, sans me poser plus

aucune question sur mon avenir, sans plus aucune peur.


Comment voyez-vous la beauté ?

La beauté, c’est un concept totalement subjectif. J’entends souvent des gens dire « c’est beau,

c’est moche ». Or, pour moi, rien n’ « est » vraiment l’un ou l’autre. La beauté est quelque

chose d’absurde, sans cesse changeante et évolutive : ce que l’on trouvait beau hier ne l’est

plus aujourd’hui, et inversement. Et ce que l’un aime peut être détesté par un autre.

Ce que j’aime, personnellement, c’est toutes les choses simples de la vie. La beauté est

partout, autour de nous : c’est la simplicité de la vie, des choses, l’harmonie, l’éclat des

choses : une fleur, une vache, une fourmi, une vieille dame qui sourit… La vie, quoi!

En revanche, c’est aussi ce qui me rend souvent triste car j’ai l’impression qu’on oublie trop

souvent cette simplicité et que nous restons enfermés dans une sorte de pensée unique,

aveugle du monde et cernée de préjugés.


Avez-vous un conseil à donner aux personnes qui aimeraient commencer dans

ce milieu?

Je pense sincèrement que tout le monde peut devenir modèle, mannequin, artiste ou ce qu’il

veut dans la vie: il faut juste croire en son rêve et se battre pour y parvenir.

Mais je dirais qu’il faut d’abord refuser de se conformer à une image standard dans le but de

plaire à tout le monde. Je dirais : Soyez vous-même, osez être vous et être vrai ! Soyez et

restez toujours en accord avec vous-même sans faire des choses qu’un jour, vous regretteriez

parce qu’au fond, elles ne vous correspondent pas.


Que pensez-vous du magazine "Modellenland " ?

J’ai découvert ce magazine grâce à cette interview qui est venue à moi et je n’ai

malheureusement pas encore eu le temps de le découvrir dans toute sa globalité. Je peux tout

de même déjà dire quelques mots : sur le site, j’ai découvert des photographies, des images

d’une harmonie et d’une simplicité que j’apprécie énormément. Et maintenant, j'ai hâte d'en

apprendre d'avantage !


Facebook: Mélanie Steels

Instagram: @mel_st97 or @kuhay_lan



photographer : Gaziano

photographer : Gaziano

photographer : Gaziano


photographer : Gaziano



photographer : Gaziano


photographer : Glamshots

photographer : Glamshots

photographer : Glamshots

photographer : Glamshots

photographer : Glamshots