top of page
  • Foto van schrijverModellenland

Interview: Photographer Marie Dew (France)


Parlez-moi de vous

Photographe, performeuse, modèle, collagiste, auteure... Libre, utopiste, spontanée, un brin excentrique... Je suis une artiste plurielle, en constante ébullition. J'aime mêler les techniques et les media, j'adore la stimulation des projets collaboratifs, la fusion des cerveaux!


Comment et quand avez-vous commencé la photographie?

Mon père m'a transmis le goût de la photographie alors que j'étais adolescente. A l'époque, on faisait de l'argentique, de la prise de vue et des tirages, c'était assez fascinant! En 2010, après une longue période de désintérêt pour la photographie, je suis devenue modèle, par hasard, et je me suis énormément impliquée dans cette activité...Le fait de poser pour d'autres a réveillé en moi tout un potentiel de créativité.. Je me suis alors dit qu'il fallait que je passe de l'autre côté de l'objectif! : je suis revenue à la prise de vues en 2016.


Quel est votre but dans la photographie ?

A travers la photographie ou les autres moyens d'expression, je cherche à transmettre une émotion, offrir une vision personnelle du monde, remettre en question des certitudes, explorer une part d'ombre...


Que représente pour vous la photographie ?

Pour moi, la photographie répond à une certaine urgence créative et à mon goût de la mise en scène. C'est aussi un merveilleux media démocratique qui permet à tout un chacun d'exercer sa créativité. Le numérique, a fortiori les téléphones portables sont un moyen d'entrée dans la création visuelle, accessible à tous.


Travaillez- vous vos photos et décrivez votre travail de post production?

Etre assise devant un ordinateur, ce n'est vraiment pas la partie que je préfère! Je suis assez minimaliste en termes de post production.


Comment votre travail se différencie-t-il des autres?

Mon travail est principalement expérimental, c'est cela qui m'anime et qui m'amuse. C'est un travail sincère, nécessaire, souvent sombre, parfois provocateur, toujours Vrai!

Le fait de travailler principalement l'autoportrait me permet d'aller aussi loin que je le souhaite, sans m'imposer la moindre réserve, que je pourrais parfois avoir vis à vis d'un(e) modèle, tant en termes de difficultés de pose, d'explications de l'état d'esprit attendu que de pudeur pure.

Le fait d'être unE photographe me permet également de montrer les corps des femmes, le mien et celui de celles qui me font confiance, plus librement.


Où puisez-vous votre inspiration?

Principalement dans ma vie, mes propres problématiques. Mon travail est très autobiographique. Je suis assez instinctive; quand une idée surgit, je ne la lâche pas! Si elle ne s'avère pas judicieuse pour la photographie, je la transpose en collage, en performance...

Parfois l'idée de départ peut être même assez diffuse: c'est un quelque chose qui est là, à l'intérieur et qui demande à se manifester. Ton corps, il est plus intelligent que ton cerveau: je laisse les corps s'exprimer!



Est ce que vous préparez vos images à l'avance?

Pas vraiment. Je pars d'une idée, d'un ressenti et d'un protocole photographique. Par exemple: pour exprimer la dualité dans ma série d'autoportraits Je est un(e) autre, j'ai décideé d'essayer de prendre deux attitudes différentes le temps d'une pose assez longue et sans flash, c'était mon protocole. J'ai donc toujours une vision des images que je souhaite obtenir, une ambiance générale, une intention mais jamais de pose ou de composition préconçue a priori. La construction de la série se fait à l'editing.


Quel est votre préférence location ou studio?

Je préfère le cadre intime du studio qui permet un centrage sur soi (pour le modèle et le photographe). Cela correspond mieux à mon désir d'exploration intérieure, on se crée un cocon dont les limites permettent justement d'abandonner nos limites, en toute sécurité.


Quels sont les endroits et les sujets qui vous interpellent le plus?

Le corps, bien sûr! Ce corps qui ne ment jamais!

Mais aussi les lieux abandonnés, où résonne la mémoire des êtres, un certain romantisme poétique...j'aime particulièrement les fenêtres: je photographie le monde à travers les yeux de ceux qui se sont succédés face à ces fenêtres, c'est comme une expression de l'au-delà.


Qu'est ce que vous voudriez absolument photographier?

Mon corps âgé, ridé, nu, beau malgré son déclin, j'espère. Politiquement incorrect. J'aimerais regarder en face et oser montrer avec fierté les manifestations du temps, d'une vie.


Quelle est la chose la plus importante que vous avez apprise au fil des ans?

L'audace, la confiance en sa propre sensibilité. C'est trop dommage, à mon avis, de restreindre sa créativité par peur du jugement des autres. Bien sûr, tout travail est perfectible mais si on attend d'atteindre la perfection pour le montrer, on risque juste de n'avoir plus rien à dire à ce moment là.

Inutile aussi de se demander ce que souhaitent voir les gens, quelle est la tendance... Une oeuvre est toujours puissante si elle est sincère, je crois.


Quels sont vos projets futurs ou à court terme?

Il y en a tellement! Deux nouvelles expos sont sur le point de voir le jour, notamment une collaboration avec 19 photographes: un travail autour du burn out (c'est du vécu!) intitulé Respire; le vernissage aura lieu le 24 mars aux studios Photoxyde, du côté de Lille. Je dois ensuite travailler la post production d'une série d'autoportraits qui s'appelle Comme un garçon:

une performance qui interroge la notion de genre lors de laquelle j'ai coupé mes longs cheveux devant l'objectif.

Un travail d'envergure est en cours également. Pour l'instant il s'agit d'une performance engagée intitulée Fast Fashion Victims mais j'ai commencé à compléter le projet avec la réalisation d'oeuvres en volume et j'envisage bien sûr aussi une série photographique sur ce thème. Bref, les idées ne manquent pas!


Que recherchez - vous des modèles avec qui vous travaillez ?


De l'enthousiasme, l'adhésion au projet et du lacher-prise. Un bon modèle est un modèle généreux ;)


Avez - vous encore un message pour les modèles?

Aussi belle ou beau soit-elle ou il, un(e) modèle n'est pas une plante verte. Je les invite pour ma part à contribuer activement aux photographies en insufflant aux images une importante part de leur personnalité et de leur créativité. C'est beau, la synergie!




"Par la fenêtre" Model: Thibaud

"Bête Curieuse" Model: La Bête

"Inner self " Model: Les Dédés

"I can't hide" Model: Elias

"Heat" Model: Dean

"Costa Tropical" Model: Romanov

"Between the shadow and the soul" Model: Amy

"Benedikt" Model: Benedikt

"Bind Me" Model: Eloïse

"The other side" Model: Thibaut

"Sortilège" Model: Frederica Lolly


SELF PORTRAITS

MARIE DEW

+in Duels picture: male model : Louis Blanc


Shaman

Ca, c'est un baiser

Médusée

l'escabelle

le kimono

Je est un(e) autre

Fragile

Duels

Comme un garçon

Cabine Publique

Burn!


163 weergaven0 opmerkingen

Comments


Recent Posts
Naamloos-1.jpg
bottom of page